Clima: Paura in Côtes du Rhône

Crédit photo: DR

Se il cambiamento climatico in corso dovesse proseguire anche negli anni a venire, senza irrigazione le vigne della Côtes du Rhône rischiano di scomparire.

“Exacerbées ce millésime 2022, les contraintes thermiques et hydriques subies par le vignoble rhodanien imposent d’irriguer les parcelles comme le porte un projet dans le Gard.

Constat sans appel : « les projets d’irrigation sont indispensables : sinon c’est la mort du vignoble. Si l’on doit passer 5 ans comme ce millésime, les vignes ne tiendront pas » pose Pierre Gérus, le président de l’Association Syndicale Autorisée (ASA) d’Irrigation du Terroir des Trois Châteaux (IT3C) sur trois communes du Gard (Chusclan, Saint-Étienne-des-Sorts et Vénéjan). Après des années de réflexion, le projet d’installation d’un réseau d’irrigation de 17 km de conduits et de 29 bornes agricoles est en cours de finalisation pour permettre l’irrigation de 400 hectares de vignes appartenant à une cinquantaine de propriétaires (avec une limite de 800 mètres cubes par hectare). Financés par des fonds européens, la Région et le département, ces travaux de connexion au Rhône vont permettre aux viticulteurs de se brancher dès l’an prochain au réseau d’irrigation (ce qui coûte 2 500 à 3 000 €/ha pour du goutte-à-goutte, avec des aides de 800 € par FranceAgriMer).

Avec ce réseau d’irrigation, l’ASA IT3C doit renforcer la pérennité du vignoble, « c’est fondamental » pointe Pierre Gérus, notant l’importance de « stabiliser la production : l’irrigation ce n’est pas augmenter le rendement, c’est permettre la survie du vignoble. Avec l’irrigation raisonnée, on amène l’eau juste nécessaire quand il y en a besoin. » Commençant de premières mesures cet été, le professeur Alain Deloire, enseignant chercheur à l’Institut Agro de Montpellier, confirme qu’il ne s’agit pas d’augmenter le rendement, mais d’essayer de le maintenir. Un vigneron ayant pris les devants, 5 parcelles de syrah, grenache et roussanne sont déjà équipées en goutte-à-goutte, permettant d’avoir un premier aperçu des futurs effets de l’irrigation.

+ de raisin et – de coup de chaud
Sur les rendements observés ce 18 juillet sur des pieds de grenache noir, le poids frais moyen des baies s’élève à 1,1 gramme pour les vignes irriguées quand il tombe à 0,62 g pour celles non irriguées (soit +77 % pour la modalité irriguée). Le poids moyen des grappes passe de 131 g sur cep irrigué à 57 g dans irrigation (+130 % avec l’irrigation). « L’effet est spectaculaire : il n’y a pas photo sur les quantités, sans parler de la qualité et de la pérennité vignoble » pointe Alain Deloire, soulignant que les rendements obtenus par irrigation restent inférieurs aux limites des AOC Côtes-du-Rhône et Côtes-du-Rhône Villages.”

[Fonte https://www.vitisphere.com/actualite-97292-sans-irrigation-la-vigne-disparait-des-cotes-du-rhone-dici-3-a-5-ans.html]

Print Friendly, PDF & Email
+ posts
Previous articleA settembre Festival Franciacorta: due weekend per scoprire lo stile Mosnel | 10-11 e 17-18 settembre
Next articlePremio Iolanda: concorso libri di cucina e ricette, e letteratura sul vino